Fer forgé

Publié le par Phil

Une des intervention qui m’a le plus frappé doit être celle de cet homme qui, après avoir été déséquilibré de son échelle vers l’arrière, s’est retrouvé avec son postérieur empalé sur une barrière en fer forgé qui devait se trouver à un mètre plus bas !

Je devais être pompier depuis quelques mois et je suis arrivé premier sur place avec l’ambulance du poste diamant. La première réflexion que je me suis faite en descendant de l’ambu devait être proche de « waouh, comment on va faire !)

Mon collègue et moi savions que la pompe de Diamant ainsi que le smur de Paul Brien suivaient.

Le patient était en fait assis en amazone sur la barrière. Tout a fait conscient, se tenant avec ses mains près de ses hanches. Deux des pointes transperçaient son postérieur et le haut de sa cuisse gauche. On l’a directement aider à se maintenir en attendant le reste des secours constitués de deux camions secours munis de matériel de désincarcération, d’une voiture officier et d’une autre ambulance.

Une fois tout ce monde sur place, l’officier, de concert avec les hommes sur place, décide de couper les barreaux  autour du patient à l’aide des pinces hydrauliques destinées aux désincarcérations. En effet le patient ne saignait pas du tout et en le « désempalant » sur place, on lui aurait fait prendre le risque d’une importante hémorragie. On l’a donc désolidarisé de la structure avant de la transporté à Paul Brien avec ce corps étranger déplaisant dans le postérieur. A aucun moment il n’a perdu connaissance malgré la douleur. Il nous a même demandé lorsqu’il était encore sur la barrière de la détacher et de le soigner rapidement parce qu’il devait travailler le lendemain !!

A notre arrivée à l’hôpital le personnel soignant nous a directement fait monter le patient au bloc opératoire pour éviter au maximum les transfert de brancard a brancard. Il a été anesthésié sur le brancard de l’ambulance avant d’être transféré directement sur la table d’opération !

 

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article